Les élu-e-s du Front de Gauche contre l’austérité !

Le gouvernement avait annoncé la couleur, 2013 sera une année de plus dans l’austérité. Le vote du Traité budgétaire européen, le rapport Galois et le budget de la France signent une continuité inquiétante avec la politique économique de Sarkozy. François Hollande semble impuissant face aux multiples plans sociaux. Jean-Marc Ayrault tente deaffiche_60x90_lalternative-projection sauver les meubles à la marge, quand il n’organise pas directement une offensive contre le code du travail avec le MEDEF. Il souhaite graver dans le marbre de la loi, les accords scélérats qui porteraient qu’une flexibilité supplémentaire pour les salariés.http://frontdegauchemidipyrenees.files.wordpress.com/2013/02/affiche_60x90_lalternative-projection.jpg

 

Mais la bagarre se prépare ! La formation d’un axe majoritaire inédit « CGT-FO », le grand malaise d’une partie des socialistes, la radicalité qui s’exprime dans de nombreuses entreprises soumises aux licenciements boursiers donnent au Front de Gauche et à tous ceux qui veulent que le « changement » ne signifie pas « régression » l’occasion de porter tous ensemble, à partir du 5 mars jusqu’au débat parlementaire, les exigences populaires, majoritaires dans les urnes en mai dernier.

 

Partout où elle est appliquée, cette politique d’austérité fait des ravages. Le FMI maintient le cap alors qu’il reconnaît s’être trompé dans ses calculs (sic). Les peuples Grec, Espagnol, Portugais, Italien ou Irlandais subissent la violence de ces choix.

 

Le gouvernement décide d’appliquer l’austérité jusqu’au plus près des territoires en diminuant les dotations. Il y aura 2.5 milliards de moins sur 2 ans pour les collectivités territoriales. Le Ministre Cahuzac a annoncé le 12 février que la cure serait finalement plus sévère encore ! Les collectivités portent pourtant 70% des investissements publics. Elles seront obligées de réduire leurs programmes, ce qui ne peut que contracter encore davantage l’activité économique. Autant de choses qu’a rappelé Nicole Fréchou dans son intervention sur le budget : aujourd’hui c’est déjà 197 millions que l’Etat doit à la région Midi-Pyrénées au titre des compensations financières pour les transferts de compétences depuis 2005

affiche_60x90_lalternative-projection2

C’est le sens de la bataille menée par les élus régionaux du Front de Gauche sur le budget 2013. Un amendement budgétaire présenté par Christian Piquet en Plénière visant à obtenir du gouvernement la compensation des charges non transférées en 2005 a été adopté affiche_60x90_lalternative-projection3avec les groupes PS, PRG et EELV. La majorité régionale comme les collectivités dirigées par la Gauche doivent refuser de se soumettre à l’austérité décentralisée pour préserver leur capacité d’intervention publique et de bouclier social au plus près des populations. Cette exigence est aussi portée par des élu-e-s de gauche, parfois au-delà du seul FDG, comme à Toulouse et Rodez, en refusant de voter la partie « recettes » des budgets municipaux.

 

Face à l’austérité, il faut aussi prendre des mesures d’urgence pour aider les populations en difficulté : un « Fond Social Lycéen » a été obtenu par le Front de Gauche, c’est un premier pas vers la tarification sociale. Il faut également maintenir les budgets qui impactent directement la vie des gens comme les politiques territoriales, l’aide aux communes, la culture, le sport, l’éducation populaire, la santé et les aides sociales, mais aussi l’aide aux travaux d’économies d’énergies dans les logements en zone rurale par exemple.

Résister, c’est un devoir !

 

Les élu-e-s du Front de Gauche ont une responsabilité dans le contexte d’austérité imposé. Nous défendons une orientation politique, qui permet de s’émanciper de la dictature des marchés financiers. Celle-ci passe par une politique de relance de l’économie au plus près des besoins des populations, une autre répartition des richesses et la transition écologique.affiche_60x90_lalternative-projection2

 

Nous continuerons à défendre une politique régionale offensive au service des habitants de Midi-Pyrénées. Ainsi notre priorité n’est ni de financer les lycées privés pour 1,3 millions d’euros au delà du seuil légal ni de débloquer des centaines de milliers d’euros pour des salons d’entreprises comme le fait actuellement le Conseil Régional.

 

 

Pour cette année 2013 :

 

Nous défendrons une politique budgétaire de relance pour faciliter l’investissement local, notamment dans les économies non-délocalisables.

Nous refusons la logique d’une économie tournée uniquement vers l’exportation et la compétitivité : nous voulons relocaliser l’économie, organiser des filières production-transformation-consommation et aider l’agriculture de proximité.

En écho aux mobilisations pour la défense de l’emploi, après avoir obtenu en 2012 l’adoption d’un vœu visant à interdire les suppressions d’emplois à visées boursières, nous souhaitons que la Région s’engage pour la création dans les départements de cellules de veille et d’action pour la sauvegarde de l’emploi local, sous l’égide des préfets et des commissaires régionaux au redressement productif.

Nous maintiendrons notre proposition d’une politique de la ville solidaire et élargie à tout le territoire régional en soutien aux quartiers qui concentrent les difficultés sociales, en zones urbaines comme en zones rurales.

Nous défendrons la mise en place d’un plan régional pour l’amélioration énergétique des bâtiments et logements en particuliers sociaux.

Pour un développement durable de nos territoires et la protection de notre environnement, nous défendrons nos lignes ferroviaires et le développement du train. En 2012, le budget transport a été maintenu, mais sans assurance pour la suite.

En prolongement de notre opposition au schéma régional de santé de l’Agence Régionale de Santé (ARS), nous continuerons en lien avec les collectifs citoyens à exiger l’abrogation de la loi Bachelot et de la tarification à l’acte dans les hôpitaux.

À l’Université, face aux pôles de compétitivités, aux partenariats public-privé, aux logiques d’excellence, nous défendrons la démocratisation de la réussite, la recherche publique et la coopération.

 

Be Sociable, Share!

Militant au Parti de Gauche

Parti de gauche