Budget de la Région 2013 : Pourquoi nous avons choisi l’abstention

Élus du Front de Gauche, nous avons participé de façon autonome et conquérante aux débats budgétaires dans la majorité régionale.

Après la volonté de changement exprimée par les français à l’occasion des élections présidentielles et législatives, nous aurions souhaité pouvoir voter un budget qui relance les interventions régionales pour l’activité  économique, la solidarité et la transition écologique.

Les élus Front de Gauche ont bataillé contre l’acceptation du cadre austéritaire imposé par le gouvernement. Le plan de réduction des dépenses publiques de 60 milliards d’euros en 5 ans, le gel puis la baisse de 2,5 milliards des dotations aux collectivités, ne peuvent conduire qu’à une contraction de l’activité économique, à l’asphyxie de territoires, à l’augmentation du chômage et de la précarité. Nous refusons la perspective d’une austérité décentralisée.

Alors que le Conseil Régional Midi Pyrénées est une des Régions les moins endettées de France, bénéficiant de marges budgétaires pour développer des choix dynamiques, nous regrettons le resserrement de budgets qui impactent directement la vie des gens et des bassins de vie comme les politiques territoriales, la politique de la ville, l’agriculture, la culture ou l’action sociale. La crise n’impose pas la contraction des politiques à l’échelle régionale mais au contraire, de nouvelles interventions en défense de l’emploi et la mise en place d’un bouclier social face à l’austérité.

Les élus Front de Gauche ont tout de même gagné un premier pas vers la tarification sociale de la restauration scolaire des lycéens avec un budget de 500 000 euros débloqué pour le « fond social lycéen ». Ils ont aussi obtenu que le Conseil régional prenne toutes les mesures pour demander le remboursement des 197 millions de charges nettes non compensées depuis 2005 par l’Etat.

Les élus Front de Gauche ont déposé 6 amendements budgétaires en Assemblée Plénière, notamment pour supprimer les financements facultatifs aux lycées privés car l’argent public doit aller en priorité au service public. Nous déplorons la manœuvre d’obstruction au débat démocratique des groupes PS et PRG qui ont annoncé voter contre tous les amendements du Front de Gauche et d’EELV avant même de les avoir examinés en Assemblée plénière.

Tout en prenant pleinement notre place dans la majorité régionale, nous affirmons notre volonté de construire avec tous ceux qui attendent le changement, une alternative écologique et sociale à l’austérité.

Nicole FRECHOU, Martine PEREZ, Guilhem SERIEYS, Marie-Pierre VIEU, conseillers régionaux

Be Sociable, Share!

Militant au Parti de Gauche

Parti de gauche