Les sénateurs doivent rejeter le Mécanisme Européen de Stabilité

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur, faites respecter la souveraineté du peuple.

L’Assemblée nationale a voté mardi 21 février le Traité instituant le « Mécanisme Européen de Stabilité ».

Le MES engage la France à hauteur de 143 milliards, soit près de la moitié du budget de l’Etat, à injecter « de manière irrévocable et inconditionnelle » pour secourir les banques privées si des pays européens étaient défaillants. Au-delà, sa ratification implique l’acceptation du nouveau Traité européen Sarkozy-Merkel qui interdit tout déficit public aux Etats et impose la tutelle de la commission européenne sur les budgets nationaux. Il nous serait alors interdit de mener une autre politique que le libéralisme et l’austérité, entrainant la récession et la généralisation de la précarité. Il s’agit d’un véritable coup d’état de l’oligarchie financière contre la souveraineté des peuples.

Au contraire, nous avons besoin d’investir pour relancer le pouvoir d’achat, l’emploi, l’activité des entreprises, pour rétablir nos Services publics notamment dans l’éducation et la santé.

Le Député Yves Censi a approuvé ce traité sans même s’en expliquer auprès des aveyronnais.

Les Députés socialistes ont choisi la capitulation en s’abstenant face à un processus de soumission des Peuples d’Europe. Les Députés du Front de Gauche mais aussi des Verts s’y sont opposés.

Le texte va maintenant passer devant le Sénat le 28 février. J’appelle donc les sénateurs de gauche, majoritaires au Sénat, à ne pas se cacher derrière une abstention qui laisserait passer le Traité. Le 28 février, je demande à Monsieur Fauconnier et Madame Escoffier, sénateurs de l’Aveyron, de refuser que le peuple soit dessaisi de sa souveraineté.

En 2005, le peuple a rejeté, à l’occasion d’un référendum, le Traité Constitutionnel Européen en votant « NON » à 55%. Or son vote n’a pas été respecté.

Candidat du Front de gauche aux élections législatives, je m’engage, quand je serai élu, à porter la force du peuple au cœur de ce combat et assure de ma fidélité toutes celles et ceux qui ont voté « NON » en 2005.

Dans la continuité de cette lutte sans relâche contre ceux qui vendent l’Europe aux spéculateurs, je serai présent lors de la journée d’action du 29 février à l’appel des syndicats, aux côtés des militant-e-s de plus en plus nombreux et de plus en plus en colère du Front de Gauche en Aveyron.

Be Sociable, Share!

Militant au Parti de Gauche

Parti de gauche